Une solution pour l’enseignement musical : le e-learning

par | 28, Fév 22 | Improvisation Musicale | 0 commentaires

Bonjour chez vous… 

Pratiquer l’Improvisation Musicale est le plus grand plaisir que l’on puisse prendre avec son instrument.

Plaisir de se redécouvrir sous un aspect nouveau lié à la créativité et à la diversité. Plaisir de développer quelque chose de personnel. Plaisir de sortir de ses habitudes pour mieux se sentir progresser.

Pour pratiquer cette activité artistique et quelque peu chronophage, la solution e-learning peut être une formule intéressante.

Mais qu’est ce que le « e-learning » ?

Littéralement, cette « formation par internet » tire son attrait du fait de pouvoir apprendre à son rythme sur son ordinateur, tablette ou smartphone.
Cet apprentissage est organisé en modules, sessions et tests d’évaluation en tout genre.
La formation peut-être totalement autogérée et suivie via un tableau de bord qui répertorie chacune des avancées du participant.

Les avantages sont nombreux :
Le contenu est accessible à toute heure du jour et de la nuit.
On peut faire et refaire les « évaluations » jusqu’à ce que la notion soit maîtrisée.
On bénéficie d’un suivi pas à pas des différentes étapes avec un formateur certifié joignable facilement.
C’est surtout une façon ludique de se former à son rythme et suivant ses centres d’intérêt du moment.

Les pièges à éviter dans une séance de e-learning

 

Aujourd’hui, avec le recul que nous avons face au confinement lié à une pandémie soudaine et violente, les études et les retours des enseignants ont démontré deux grands types d’erreurs face à l’enseignement de type e-learning.

  • Le premier écueil lorsque l’on fait de la formation en ligne, c’est de faire de la classe virtuelle :
    on organise un cours de 2 heures et on fait 2 heures de visioconférence sans rien changer au contenu du cours.
    Cette solution ne fonctionne pas car il est impossible pour les participants de rester concentré devant un écran pendant deux heures. Et pour le formateur, c’est très frustrant (voire anxiogène) de ne pas avoir de feedback direct sur son cours.
  • Le deuxième écueil, c’est de faire l’exact inverse :
    créer un cours en pensant que le formateur ne va jamais intervenir. C’est à dire créer un parcours ou le participant se contente de suivre des tutos suivant son plaisir et son degré d’engagement. L’élève est seul, il peut sauter des chapitres et personne n’est là pour préciser et pointer les choses importantes. Ceci amène à des résultats non satisfaisants qui débouchent souvent sur le découragement et l’abandon.

 

Une solution intermédiaire pour une formation 100 % distancielle

 

Il s’agit de créer un parcours qui va permettre de retrouver le lien concret et l’humanité de la classe virtuelle et en même temps apporter l’autonomie que l’on retrouve dans une séquence e-learning asynchrone.

Un peu de vocabulaire :
Dans l’apprentissage asynchrone, il n’y a pas d’interaction en temps réel entre le formateur et le participant. Le contenu est créé puis mis à disposition.
Dans l’apprentissage synchrone, l’apprentissage se fait en temps réel.

Dans une séquence e-learning asynchrone, on met en place des activités pédagogiques courtes et ludiques.
Dans une séquence e-learning synchrone, on met en place des échanges avec le participant. Ceci rajoute de l’humain et de la spontanéité dans la formation.

Mais comment arriver à un résultat concret pour l’élève et pour le formateur en terme de motivation, transmission, savoir faire et savoir être ?

Tout est dans le flux

Peut être connaissez vous cette théorie très intéressante, développée par le psychologue américain d’origine hongroise Mihály Robert Csíkszentmihályi. Cette théorie peut s’appliquer facilement à de nombreux processus d’apprentissage.

 

Selon sa théorie, les gens sont plus heureux lorsqu’ils sont dans un état de flux (un état de concentration ou d’absorption complète avec l’activité en cours et la situation).
C’est un état dans lequel les gens sont tellement impliqués dans une activité que rien d’autre ne semble avoir d’importance.

C’est un état optimal de motivation intrinsèque, où la personne est complètement immergée dans ce qu’elle fait.
C’est un sentiment que tout le monde a parfois, caractérisé par un sentiment de grande absorption, d’engagement, d’épanouissement et de compétence pendant lequel les préoccupations temporelles (temps, nourriture, soi-même etc…) sont généralement ignorées.

 

Dans une interview accordée au magazine américain Wired, il décrit le flux (le flow) comme « être complètement impliqué dans une activité pour son propre bien. L’égo tombe. Le temps passe vite. Chaque action, mouvement de pensée découle inévitablement de précédent, comme jouer du Jazz.
Tout l’être est impliqué et vous utilisez vos compétences au maximum.

 

Source : Wikipédia

 

Translate »