Le choix du matériau dans l’improvisation musicale (1)

Bonjour chez vous…

La musique occidentale est composée de 12 demi-tons. Ces 12 demi-tons engendrent 12 gammes.

Ces gammes ont chacune quatre couleurs primaires fondamentales :

–      Couleur majeure

–      Couleur mineure

–      Couleur diminuée

–      Couleur augmentée

 

La notion de couleur est un concept universel : si je demande à un enfant de 3 ans de me donner sa voiture verte, il ne me tendra pas sa voiture rouge ou bleue. Ceci est valable pour un enfant français, anglais, espagnol, italien, chinois ou africain. Le mot sera bien sûr différent d’une langue à l’autre mais la confusion est impossible.

Le concept de couleur musicale est de même universel : si je joue un blues mineur avec un australien, un espagnol ou un italien, cela renvoie à un choix bien précis de couleurs (musicales cette fois) où là encore la confusion est impossible. Nul besoin de se concerter avant de commencer à jouer, la couleur “mineure blues” s’imposera naturellement comme une évidence. Des facultés d’écoute et de chant (intérieur) sont éventuellement à développer ou stabiliser pour un plus grand confort.

Les couleurs diminuées et augmentées étant réservées au jazz (en général), il faut « maîtriser » dans un premier temps les couleurs de base que sont le majeur et le mineur. Ceci est une évidence pédagogiquement parlant …

Si vous demandez à deux individus distincts (enfant ou adulte), de dessiner en donnant à l’un un crayon à papier et à l’autre une boîte de crayons de couleur, on pourrait discuter des heures sur la « beauté » du résultat (de façon très subjective d’ailleurs), mais on serait à peu près d’accord sur la richesse visuelle d’une production par rapport à l’autre.

C’est cette « richesse sonore » qu’il faut essayer de capter, comprendre et analyser chez nos artistes préférés pour essayer ensuite de l’appliquer dans nos propres improvisations musicales.

Toutes les autres couleurs (couleur dorienne, couleur mixolydienne, couleur ionienne, couleur altérée, couleur demi-diminuée, couleur pentatonique, couleur blues, couleur Bartòk), ne sont que des dérivés des quatre couleurs primaires.

Il n’est pas question de tout connaître et tout travailler en même temps (c’est peut-être le travail de toute une vie penseront certains …). Il s’agit plus à mon avis de choix, de goût, de préférence, de conventions et surtout d’un cheminement individuel vers une maturité musicale en constante évolution.

 

Enjoy & Practice…

Partager cet article :

Laisser un commentaire via facebook :