La pratique des « triads » dans l’improvisation musicale (3)

Bonjour chez vous…

J’ai déjà évoqué dans des articles précédents, le concept des triades comme matériau de base dans l’improvisation musicale.

Le choix du matériau dans l’improvisation musicale

Chaque triade possède une couleur particulière, que l’on peut comparer à des couleurs primaires dans le domaine des arts visuels.
Pour habituer l’oreille à ces colorations si caractéristiques, je vous propose l’exercice suivant : Il s’agit d’enchaîner les triades par couleur en allant du plus brillant au plus sombre.
Comme il s’agit de triades, il est bon de pratiquer en triolets (l’usage du métronome est fortement recommandé) sur deux octaves pour le travail de la colonne d’air, le tout en suivant le cycle des quintes pour pratiquer dans toutes les tonalités.

Parmi les quatre triades de base, la triade augmentée est sans conteste la plus « brillante », la plus « claire » en raison de la quinte augmentée; vient ensuite la triade majeure, légèrement moins brillante (la quinte est juste); ensuite la triade mineure plus sombre (en raison de la tierce mineure), et enfin la triade diminuée, encore plus sombre (la tierce est toujours mineure mais de surcroît la quinte est diminuée).

Je vous recommande de débuter lentement au métronome (50 en triolets) pour la qualité du son, (le son doit être homogène de l’extrême grave à l’extrême aigu).
Ne cherchez pas à articuler pour le moment, contentez vous d’envoyer l’air de façon constante avec de profondes inspirations (respiration abdominale). Souvenez vous que la maîtrise de la technique respiratoire gouverne tout apprentissage du saxophone (et la plupart de instruments à vents), pour cela inspirez et expirez dans un seul mouvement en cherchant la décontraction.
Enfin, recherchez la souplesse en gardant toujours les doigts près des clés (ne les levez pas de plus de deux centimètres).
Si certaines tonalités résistent à cause d’un doigté difficile, pratiquez à la muette : travail physique et mental très important qui consiste à jouer les vraies notes et leurs rythmes sans émettre de son (sans souffler), mais en opérant les vrais mouvements de doigts tout en contrôlant la souplesse et le placement précis de ceux-ci.

Lorsque vous vous êtes capable de parcourir les douze tonalités trois ou quatre fois de suite sans aucune erreur, augmentez votre métronome de cinq points et vérifiez si vous êtes toujours aussi à l’aise. Et ainsi de suite…
Recherchez la vélocité, mais cependant ne surestimez pas ce rôle, sachant que la virtuosité n’est pas une fin en soi, mais juste un moyen de servir vos idées.
Autrement dit et comme je l’expliquais pour les gammes, jouer l’exercice à 240 ne fera pas de vous un meilleur improvisateur, l’objectif est avant tout la mémorisation…

Enjoy & Practice…

Partager cet article :

Laisser un commentaire via facebook :

Laisser un commentaire ?

You must be logged in to post a comment.