Improvisation musicale : How to play Joy Spring (1)

Bonjour chez vous …

Si vous avez pris le temps de pratiquer vos gammes en privilégiant l’égalisation des tonalités et la régularité, nous pouvons je pense entrer dans le vif du sujet :

Etablir des liens entre le jeu digital (fatalement engendré par la pratique de l’égalisation des gammes) et le jeu « aléatoire » induit dans le terme « improvisation musicale ».

La tâche est rude, longue, difficile et semée d’embûches avec des choix à corriger, à améliorer, à rectifier sans cesse en temps réel, alors que le temps musical, garant de la cohérence mélodique du discours s’écoule de façon imperturbable.

 

Pour étudier ces liens, je vous propose de choisir un morceau de référence pour pratiquer.

Là encore le choix est important. Choisissez un morceau où pendant un long moment vous passez un pacte avec vous-même, vous engageant à en exploiter un maximum de choses. Il faut que le morceau vous plaise (c’est une évidence), au point d’aller en chercher des versions originales sur le web ou ailleurs, encore une fois, profitons de la richesse de notre technologie actuelle.

Il faut que le morceau vous plaise, au point de passer du temps (sans l’instrument) à écouter ces versions de manière passive, en faire une critique intérieure objective et forger votre goût. Choisissez un morceau avec quelques changements d’accords car en musique rien n’est plus beau que la modulation.

Si vous pratiquez un morceau avec des objectifs clairs et simples pour vous, il y a de bonnes chances pour que vous soyez plus à l’aise dans votre improvisation musicale et plus efficace dans un morceau suivant, et ainsi de suite. C’est en forgeant qu’on devient … Guy Forget (comme dirait mon ami le Tchek).

Vous trouverez ici, ainsi que sur mes chaînes culturelles musicales dédiées à l’improvisation musicale, Viméo et You Tube, une série d’exemples où je vais essayer de traduire en musique tout ce que je vous raconte sur ce blog mégalo-psycho tout ce que vous voudrez…
Il s’agit ni plus ni moins que de ma pratique instrumentale quotidienne, où je recherche sans cesse (comme nous tous ici), l’amélioration du discours musical improvisé. L’idée étant d’avoir une approche globale de son improvisation (approche rythmique, approche mélodique et approche harmonique) sans quitter la pratique  … Cela veut dire tout travailler en même temps mais au service de l’improvisation musicale.

Surtout, ne voyez pas ces « tutos » comme une démonstration gratuite pour « faire le beau » ou comme le résultat à atteindre, mais plutôt comme des suggestions, des pistes à explorer, des idées, des tests, pour s’approcher au plus près de votre improvisation musicale.
Surtout n’hésitez pas à réagir, si le sujet vous intéresse. Si vous suivez ces cours à distance, et que vous êtes séduit(e) pas un exercice en particulier, essayez juste de comprendre la démarche pour l’appliquer ensuite à votre instrument et votre répertoire.

 

Je vous propose d’étudier un titre que j’apprécie particulièrement. Il s’agit d’un standard de jazz. Le jazz a la particularité d’être une musique où l’on trouve de nombreuses versions d’un même titre joué par des artistes contemporains. On y trouve aussi les meilleurs artistes improvisateurs et le répertoire musical est vaste.

 

Joy Spring est un magnifique standard de Clifford Brown.
Au niveau harmonique, il possède de nombreux changements d’accords. Ces accords sont de deux types (majeurs et mineurs).
La tonalité générale est fa majeur et cela tombe bien car vous connaissez toutes vos gammes majeures à présent, ou alors c’est en cours…
Si vous avez encore quelques lacunes dans ce domaine, je vous renvois à un précédent article nommé Pour en finir avec le travail des gammes dans l’improvisation musicale (2).

N’oubliez pas de continuer à pratiquer les triades dont nous avons parlé au début du blog. Ce matériau de base sera très utile pour :

  • capter la richesse sonore de cette grille complexe,
  • entendre la grille et surtout la mémoriser,
  • anticiper mentalement pour arriver à jouer en temps réel,
  • pratiquer des renversements (ou permutations) pour créer des phrases mélodiques et/ou rythmiques,
  • développer votre oreille, l’imagination créatrice et surtout le plaisir.

Voir pour plus de détails sur les directions mélodiques des triades : La pratique des « triads » dans l’improvisation musicale (2). Nous allons poursuivre et renforcer cette étape des triades, nécessaire pour aborder dans l’improvisation musicale.

Les triades majeures et mineures (les plus « employées) seront le travail de base pour l’étude de la partie improvisée de Joy Spring. Il s’agit à présent de donner du sens à votre pratique en créant, (en temps réel), un discours mélodique improvisé avec ce matériau élémentaire.

Ne vous sentez pas submergés par la densité des accords dans ce morceau, il y a en fait peu de tonalités. Nous verrons cela lorsque nous étudierons la grille de plus près.

 

Enjoy & Practice…

Partager cet article :

Laisser un commentaire via facebook :

Laisser un commentaire ?

You must be logged in to post a comment.